Qui sont ces bons samaritains de nos campagnes, ces agriculteurs qui vivent la solidarité avec leurs concitoyens ? Peut-être faudrait-il d’abord s’entendre sur le terme solidarité, très à la mode et utilisé à toutes les sauces, politiques, économiques ou religieuses : revenu de solidarité active, caution solidaire, économie sociale et solidaire, solidarité internationale… Le dictionnaire la dé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Qui sont ces bons samaritains de nos campagnes, ces agriculteurs qui vivent la solidarité avec leurs concitoyens ? Peut-être faudrait-il d’abord s’entendre sur le terme solidarité, très à la mode et utilisé à toutes les sauces, politiques, économiques ou religieuses : revenu de solidarité active, caution solidaire, économie sociale et solidaire, solidarité internationale… Le dictionnaire la définit comme « le sentiment de responsabilité et de dépendance réciproque au sein d’un groupe de personnes qui sont moralement obligées les unes par rapport aux autres ». C’est elle qui suscite l’entraide, l’assistance réciproque et la coopération. Dans ses vœux aux Français pour 2018, le président de la République, Emmanuel Macron, la cite à deux reprises : pour une « France plus forte et plus juste », il veut « assurer la solidarité sur le sol national ». Puis il évoque les « miracles de solidarité » observés grâce à l’engagement et l’enthousiasme de ses compatriotes. Elle semble à la fois une nécessité humaine et un engagement volontaire pour le bien commun.

Comment apprécier la solidarité ? Est-elle mesurée au montant d’impôt payé qui servira les plus nécessiteux ? Ou au temps et à l’attention donnés ? A-t-elle moins de valeur si elle est motivée par la mauvaise conscience ? Doit-elle être gratuite ou rétribuée ? Peut-être notre solidarité humaine est-elle teintée d’un peu tout cela à la fois.

Héros anonymes

Dans ce dossier, nous avons volontairement occulté la solidarité entre collègues agriculteurs, avec toutes ses formes d’entraide, qui est une force de la profession. Nous avons choisi des démarches individuelles de solidarité envers un public non agricole, illustrées par trois portraits d’agriculteurs, donnés à titre d’exemples tant les engagements sont légions. Nous en connaissons tous, des « héros » anonymes, efficaces et discrets, qui vivent la solidarité comme une évidence.

N’hésitez pas à réagir et à faire connaître vos engagements solidaires dans le courrier des lecteurs. Pour qu’il y ait beaucoup de bonnes nouvelles à partager à l’occasion de cette nouvelle année 2018 !

Sophie Bergot (s.bergot@gfa.fr)