Un bon voisin est un vrai trésor… mais un mauvais voisin est une calamité, disait le poète grec Hésiode au VIIIe siècle avant J.-C. Rien de nouveau sous le soleil ! Il y a donc tout à gagner à créer et entretenir de bonnes relations avec ses voisins. Vous trouverez ci-après quelques exemples et les conseils de ceux qui ont réussi à faire de leurs riverains des « bons voisins », voire des...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Un bon voisin est un vrai trésor… mais un mauvais voisin est une calamité, disait le poète grec Hésiode au VIIIe siècle avant J.-C. Rien de nouveau sous le soleil ! Il y a donc tout à gagner à créer et entretenir de bonnes relations avec ses voisins. Vous trouverez ci-après quelques exemples et les conseils de ceux qui ont réussi à faire de leurs riverains des « bons voisins », voire des amis !

L’indispensable dialogue

Le dénominateur commun de ces expériences réussies reste la communication. Rien ne remplace l’échange direct, insiste Marie-Laurence Grannec, conseillère à la chambre d’agriculture de Bretagne (lire page 44), pour mettre les interlocuteurs dans de bonnes dispositions. La cordialité n’empêchant pas la convivialité, certains agriculteurs vont jusqu’à organiser une fête des voisins, fin mai, ou une fête des moissons, fin août. Ces rencontres, lorsqu’elles permettent de tisser des liens d’amitié, sont les garants de la paix sociale.

À défaut d’échange direct, la communication écrite sera toujours mieux que rien. Thierry Desforges, céréalier dans l’Essonne, s’est agréablement fait remarquer en distribuant une lettre à ses voisins avant la moisson. En expliquant ses contraintes pour la récolte et en s’excusant par avance des nuisances sonores et des poussières, il a désamorcé les conflits.

Avec cette même idée que les voisins préféreront être avertis, David Forge a créé le site « jepreviens.fr », où chaque agriculteur indique à ses voisins connectés les interventions qu’il compte faire sur une parcelle (épandage, moisson, etc.). D’autres utilisent les réseaux sociaux, se filment sur l’exploitation, expliquent leur travail. Tout ce qui participe à faire connaître le métier au grand public favorise les bonnes relations. C’est dans ce but que plusieurs organisations professionnelles ont lancé, en 2016, la plate-forme Agridemain pour que les agriculteurs prennent la parole et se racontent.

« Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble », c’est l’objectif des « chartes de bon voisinage » qui ont fleuri dans plusieurs départements à destination des agriculteurs et des nouveaux installés. Pour bien s’entendre, chacun doit faire des efforts et se respecter, rappellent ces guides pleins de bon sens. « Moi, citadin, je ne jette pas mes déchets dans la nature. Les routes sont étroites, je fais encore plus attention à ma vitesse. Un champs est une propriété privée où je n’ai pas le droit de me promener ni de cueillir sans autorisation… », peut-on lire dans la plaquette élaborée par Jeunes Agriculteurs de Seine-et-Marne. De son côté, l’exploitant est invité à faire son possible « pour diminuer les nuisances sonores et olfactives, notamment les week-ends, éviter de trop salir les routes, etc. ».

Une charte pour les nouveaux arrivants

Une charte similaire a été diffusée en 2010 dans le Lot-et-Garonne : les mairies étaient sensées les distribuer à chaque nouvel arrivant dans la commune. « Ce flyer est une bonne base mais ce n’est pas suffisant. Pour que l’information soit efficace, il faut quelqu’un pour l’expliquer », avertit Céline Duprat, directrice du pôle territoires à la chambre d’agriculture d’Agen. L’initiative s’est donc doublée d’une « opération communication » de grande ampleur, avec un semestriel de vulgarisation agricole, « Campagne 47 », diffusé à près de 140 000 exemplaires auprès du grand public.

Enfin, pour compléter ses connaissances, rien de tel qu’un tour à la ferme. Dans le département, l’opération « De ferme en ferme », chaque dernier week-end d’avril, mobilise 60 exploitations qui reçoivent entre 18 000 et 20 000 visiteurs, se réjouit Céline Duprat. Destinées à tous, les portes ouvertes n’en sont pas moins des occasions d’échanges avec ses voisins.