Robes noires, rouges ou têtes blanches, elles trouvent peu à peu leur place dans les exploitations françaises. Elles, ce sont les races britanniques angus et hereford, qui séduisent de plus en plus de producteurs. Mais que recherchent ces éleveurs français qui optent pour la génétique étrangère ? Le développement de ces races n’est-il qu’un simple effet de mode ? Pour Pascal Bastien, président...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !