Un maire du Piémont, « non dépourvu d’humour, à qui il était demandé ce que coûtait la modification du zonage et des règles d’urbanisme, répondit de façon lapidaire : “Le maire”. Restreindre les zones constructibles ou ne pas les développer assez pouvait aisément coûter sa réélection au maire en place », raconte l’agriculteur Jean Vogel, dans son...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !