Imidaclopride, thiaméthoxame, thiaclopride, acétamipride, clothianidine… Les néonicotinoïdes sont bien connues ! Et pour cause, cette famille d’insecticides fait régulièrement la une de l’actualité. Leurs premières commercialisations ont démarré au début des années quatre-vingt-dix. Aujourd’hui, ce sont les insecticides les plus utilisés dans le monde. Ce qui peut se comprendre,...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
4%

Vous avez parcouru 4% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Imidaclopride, thiaméthoxame, thiaclopride, acétamipride, clothianidine… Les néonicotinoïdes sont bien connues ! Et pour cause, cette famille d’insecticides fait régulièrement la une de l’actualité. Leurs premières commercialisations ont démarré au début des années quatre-vingt-dix. Aujourd’hui, ce sont les insecticides les plus utilisés dans le monde. Ce qui peut se comprendre, car ils sont efficients à faibles doses, systémiques et très persistants.

Revers de la médaille : si ces caractéristiques font d’eux des molécules très efficaces, elles impactent aussi la biodiversité. On ne compte plus les études qui ont jeté le discrédit sur cette famille et mis en évidence les effets toxiques, voire de surmortalité, et les impacts sur le comportement des abeilles, bourdons et autres insectes pollinisateurs. Les néonicotinoïdes auraient aussi un effet sur la santé humaine et sur celle d’autres vertébrés tels que poissons, reptiles ou encore rongeurs. Dernièrement, dans le cadre du suivi des effets non intentionnels des produits phytosanitaires, des intoxications à l’imidaclopride d’oiseaux granivores (perdrix grise, pigeon biset et ramier essentiellement) ont été révélés.

Retraits en cascade

Dès 1998, l’utilisation de Gaucho, traitement de semences à base d’imidaclopride utilisé sur tournesol et maïs, a été interdite dans trois départements tests (Deux-Sèvres, Indre et Vendée), afin de mener des études en plein champ. À l’époque, les apiculteurs soupçonnaient déjà cette substance d’avoir un effet sur les populations d’abeilles. Cela a abouti à son retrait sur tournesol en 1999, puis sur maïs en 2004. En juin 2012, le ministre de l’Agriculture a retiré l’autorisation de mise sur le marché de Cruiser OSR (thiaméthoxame) sur colza. Parallèlement, le thiaméthoxame (Cruiser, puis Cruiser 350) a obtenu, plusieurs années de suite, des dérogations sur maïs, puis une autorisation assortie de restrictions d’usages. Finalement, Cruiser 350 n’était plus disponible pour les semis de maïs de 2014, au même titre que Cheyenne (clothianidine), commercialisé depuis 2011.

Rapports en février 2018

Au 1er décembre 2013, la Commission européenne décidait de suspendre l’utilisation de l’imidaclopride, du thiaméthoxame et de la clothianidine pour certains usages. Toutes les cultures attirant les abeilles et autres pollinisateurs étaient concernées. Les traitements de semences sur les céréales d’hiver, ainsi que les traitements sur betteraves, pommes de terre et espèces cultivées sous serre n’ont pas été impactés par ce moratoire.

Si ce dernier devait durer deux ans dans l’attente de données supplémentaires, il n’a toujours pas été levé, car l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) n’a pas rendu son rapport. Pourtant, en mars 2017, la Commission a émis la possibilité de restreindre ces trois matières actives aux seuls usages sous serre, idée restée en suspens, en attendant la publication de l’avis scientifique de l’Efsa.

Mais c’était sans compter avec les parlementaires français. Le 22 juin 2016, les députés ont finalement coupé l’herbe sous le pied de la Commission européenne, en votant l’interdiction de tous les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir du 1er septembre 2018. « Juridiquement, la décision française est contestable », considère Philippe Michel, de l’UIPP (Union des industries de la protection des plantes). Et d’insister : « Un pays peut prendre des décisions sur des AMM (autorisations de mise sur le marché), pas sur des substances actives, et il faut pour cela des éléments scientifiques et justifiés. »

L’amendement, adopté en troisième lecture du projet de loi sur la biodiversité, prévoit « que des dérogations à cette interdiction pourront être prises par un arrêté conjoint des ministres chargés de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Santé. Elles pourront être accordées jusqu’au 1er juillet 2020. » Les ministres chargés de définir ces dérogations s’appuieront ensuite sur le travail de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui doit établir « un bilan comparant les bénéfices et les risques » des néonicotinoïdes et des produits ou méthodes de substitution disponibles.

Pour cela, l’Anses a mené un travail de fourmi, puisqu’en France, ce sont près de 3 600 usages qui sont concernés par le retrait de ces molécules. Ses deux rapports sur les traitements de semences et autres usages sont attendus prochainement.

Des viroses difficiles à contrôler

Si certains agriculteurs n’attendent pas l’interdiction de ces molécules pour prendre les devants et obtiennent des résultats intéressants (lire les témoignages pp. 51 et 53), la profession s’inquiète, car de nombreuses impasses sont identifiées.

Ainsi, une fois le traitement de semences Sonido, à base de thiaclopride, retiré sur maïs (lire La France agricole 3725, p. 48), il n’existera plus de solutions pour venir à bout des géomyzes. Et aucune alternative ne semble se présenter. « Évidemment, nous sommes dans l’attente du rapport de l’Anses, mais nous devrions demander une dérogation pour cet usage, peut-être seulement pour le front ouest du territoire, plus souvent atteint par cette mouche », informait Alix d’Armaillé, de l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs).

Certes, les néonicotinoïdes ont un champ d’action sur plusieurs types d’insectes : ravageurs du sol (taupins, blaniules…) ou aériens (Diabrotica, cicadelles, mouches…). Mais ces insecticides restent essentiellement synonymes de lutte contre les pucerons. Ces microscopiques insectes transmettent des viroses souvent très impactantes. Sont concernés le colza, les céréales à paille, les betteraves, les arbres fruitiers…

Sur colza, les pucerons posent problème à l’automne. En effet, Myzus persicae, capable de transmettre trois virus (TuYV, CaMV et TuMV), manifeste des résistances aux pyréthrinoïdes et au pyrimicarbe. De fait, les néonicotinoïdes (Horême V200, Protéus) restent la seule famille efficace contre ces insectes à cette période.

Heureusement, quelques variétés résistantes à la jaunisse du navet (TuYV), plus souvent observée que les deux mosaïques, ont vu le jour. Terres Inovia met cependant tout en œuvre pour que de nouvelles solutions soient rapidement disponibles. Mais le contexte inciterait la profession à demander, là encore, une dérogation.

L’AGPB (Association des producteurs de blé et autres céréales) insiste, de son côté, sur la nécessité de garder l’imidaclopride (gamme Gaucho) sur céréales à paille, afin de les protéger contre les pucerons notamment. Il est, en effet, possible d’avoir des pertes importantes, comme ce fut le cas en 2016 avec le virus de la jaunisse nanisante de l’orge (JNO), transmis par ces insectes.

Un vrai casse-tête

Quand on se penche sur le puceron, on comprend vite que la lutte est un vrai casse-tête. En outre, aucun modèle prédictif n’existe (lire l’encadré p. 52). Plusieurs espèces sont en cause : Rhopalosiphum padi, Rhopalosiphum maïdis, Sitobion avenae, Metopolophium dirhodum ou Schizaphis graminum. Les vols des formes ailées peuvent se prolonger si les conditions météorologiques leur sont favorables. Leurs plantes hôtes sont des poacées présentes un peu partout. Par ailleurs, il peut y avoir beaucoup d’ailés avec aucun virus ou, au contraire, peu d’insectes avec un virus très agressif et, entre les deux, tous les cas de figure sont possibles.

L’imidaclopride, de par sa systémie, est un traitement préventif : les premiers insectes arrivés, en s’alimentant, meurent sans transmettre la JNO ou la maladie des pieds chétifs (cicadelles). Leur multiplication dans les parcelles est également stoppée.

Peu de substances disponibles

En l’absence de néonicotinoïdes, Arvalis estime qu’il n’y a pas de solution équivalente. Évidemment, les pyréthrinoïdes, seule famille qui restera disponible, ont une efficacité satisfaisante. Encore faut-il surveiller attentivement les pucerons et intervenir au bon moment (seuil : 10 % de plantes habitées, ou présence pendant 10 jours). D’ailleurs, si la résistance aux pyréthrinoïdes n’a pas encore été détectée en France sur Rhopalosiphum padi et Sitobion avenae, dans les pays voisins, ce n’est pas le cas. De quoi s’alarmer !

En termes d’IFT (indice de fréquence de traitement), si les vols se prolongent, plusieurs traitements en végétation contre les pucerons seront nécessaires. Et rappelons que le traitement de semences protège aussi les céréales contre le zabre et le taupin, qui nécessiteraient des interventions spécifiques le cas échéant. Ainsi, en passant d’un traitement de semences à plusieurs applications en végétation, la loi adoptée en 2016 risque de bousculer la biodiversité qu’elle souhaitait tant préserver ! C’est ce que pensent bon nombre de professionnels…

Arvalis insiste toutefois : « Les semis précoces étant plus impactés, il faudra mettre tout en œuvre pour implanter les céréales à des dates normales. » Sur orge, il existe par ailleurs quelques variétés tolérantes (qui s’appuient toutes sur le même gène). On comprend mieux pourquoi nombre d’agriculteurs optent pour ce traitement de semences.

Selon les dernières données disponibles (2009 à 2014), sur orge, environ 60 % des semences sont traitées avec de l’imidaclopride. En blé, c’est plutôt 30 % des surfaces. Si l’AGPB attend elle aussi l’étude de l’Anses, elle restera « particulièrement vigilante quant à la faisabilité économique des alternatives proposées et sur les impacts potentiels pour les céréaliers ».

Sur betteraves, le retrait des néonicotinoïdes aura plus d’impact, puisque près de 99 % des semences utilisées sont traitées avec des néonicotinoïdes (Imprimo ou Cruiser). Ces molécules s’adressent à différents bioagresseurs, mais la cible principale reste là encore le puceron (Myzus persicae), vecteur de la jaunisse virale. Avant 1992, des traitements en végétation étaient appliqués, mais les pertes de rendement étaient conséquentes. Si, avec les enrobages de semences, la jaunisse semblait avoir disparu, des parcelles suivies en 2017 ont démontré que la souche virale était toujours présente. « Quelques agriculteurs, seuls ou en groupe, essaient très ponctuellement de se passer des néonicotinoïdes en traitement de semences, informe l’ITB de l’Oise. Toutefois, leur expérience est difficile à exploiter, car ils bénéficient de la protection des parcelles environnantes. »

Essais au champ

Stéphanie Vanderhaeghe, agricultrice à Leffrinckoucke, dans le Nord, et animatrice du réseau des fermes Déphy Négoce Nord-Est, aimerait trouver une solution pour semer des betteraves sans néonicotinoïdes en traitement de semences. Elle va implanter, cette année, des essais en partenariat avec le groupe sucrier Tereos, tout comme un autre agriculteur du Nord Pas-de-Calais. « Notre objectif est de tester, sur ces deux exploitations, des solutions alternatives au traitement de semence, appliquées en foliaire, mais aussi de mesurer l’influence de la variété, et notamment du port de la betterave ou de la couleur du feuillage, explique Guillaume Boutillier, du service agronomique de Tereos auprès des usines de Lillers et d’Attin. Toutefois, les expérimentations sont très complexes. » L’ITB évalue d’autres pistes telles que les bio-agresseurs des pucerons, des substances naturelles répulsives, des variétés de betteraves moins attirantes par leur goût, leur forme ou la présence de poils, ou encore des variétés tolérantes au virus.

Quoi qu’il en soit, les planteurs estiment avoir besoin encore de temps. Ils rappellent que les betteraves ne sont pas attractives pour les insectes butineurs car elles sont récoltées avant la floraison. Il n’y a pas non plus de guttation. En s’appuyant sur ces éléments, ils vont demander une dérogation pour l’utilisation des néonicotinoïdes pour les campagnes 2019 et 2020.

Une chose est sûre, toutes cultures confondues, la profession devrait maintenir la pression jusqu’à ce que les ministres prennent leurs décisions. Et si dérogations il y a, ces dernières ne devront pas tarder à sortir, afin que les lignes de production de semences effectuent l’enrobage à temps.