Le phénomène de résistance des adventices aux herbicides poursuit son expansion en France. Selon BASF, « les difficultés pour contrôler le vulpin sont observées dans 38 % des surfaces de céréales », une progression de 20 % depuis 2008. La situation est donc préoccupante, même si elle est moins alarmante qu’en Angleterre, où la totalité des surfaces cultivées sont concerné...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Le phénomène de résistance des adventices aux herbicides poursuit son expansion en France. Selon BASF, « les difficultés pour contrôler le vulpin sont observées dans 38 % des surfaces de céréales », une progression de 20 % depuis 2008. La situation est donc préoccupante, même si elle est moins alarmante qu’en Angleterre, où la totalité des surfaces cultivées sont concernées. Des résistances au ray-grass sont également observées en France, ainsi que sur coquelicots, matricaires, stellaire et séneçon.

De nombreux leviers

Il ne faut pas attendre d’être dans le mur pour agir. Introduction de cultures de printemps, labour, faux-semis, décalage des dates de semis, les leviers agronomiques sont nombreux pour limiter la pression des mauvaises herbes avant le semis. L’alternance des modes d’action herbicide est aussi indispensable. Toutefois, le nombre de molécules différentes tend à diminuer du fait du contexte réglementaire. 2016 sera ainsi la dernière année d’utilisation de l’isoproturon à l’automne. « Techniquement, le remplacement de la molécule ne pose pas de problème majeur pour désherber les céréales car il existe des associations efficaces sans cette molécule, souligne Ludovic Bonin, spécialiste du désherbage chez Arvalis. Mais à efficacité égale, le coût sera plus élevé. » Les solutions herbicides sans isoproturon à l’automne vont avoir pour piliers les bases « flufénacet » et « prosulfocarbe », le chlortoluron ou encore la pendiméthaline. Celle dernière ne devra pas être utilisée seule.

De nouvelles pistes sont donc explorées avec plus ou moins de réussite : désherbage mécanique, résistance génétique... Le salut pourrait venir des capteurs embarqués sur les tracteurs ou des drones, pour une pulvérisation ciblée des adventices.