Pour gérer les populations d’altises et de charançon du bourgeon terminal, dont les méfaits se sont renforcés ces derniers temps, la meilleure stratégie consiste à soigner l’implantation afin de favoriser une croissance dynamique de sa culture. Comme le rappelle Terres Inovia, « la protection insecticide n’est qu’un complément à la gestion agronomique », d’autant plus que la résistance...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Pour gérer les populations d’altises et de charançon du bourgeon terminal, dont les méfaits se sont renforcés ces derniers temps, la meilleure stratégie consiste à soigner l’implantation afin de favoriser une croissance dynamique de sa culture. Comme le rappelle Terres Inovia, « la protection insecticide n’est qu’un complément à la gestion agronomique », d’autant plus que la résistance des insectes aux pyréthrinoïdes prend de l’ampleur.