Si les remembrements de la seconde moitié du XXe siècle ont contribué à agrandir les parcelles et nettement diminuer les bordures à entretenir, on entend aujourd’hui parler de replantation et de gestion durable des infrastructures écologiques. En plus de leur capacité à stocker du carbone, elles hébergent une faune auxiliaire intéressante et leurs effets brise-vent et anti-érosion sont régulièrement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !