Qui se souvient des primes à la décohabitation instituées pour aider les jeunes agriculteurs à quitter le toit des parents dans les années 1970 ? À la fin de la guerre, les maisons abritaient fréquemment trois générations. Et, la plupart du temps, c’était la jeune mariée qui rejoignait la ferme dont son mari était le futur héritier : « L’épouse arrivait dans une maison...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !