En 2017, l’Anses a réalisé des enquêtes épidémiologiques sur l’importance du picage dans 160 élevages. Les résultats montrent davantage de lots avec plumage dégradé en cages aménagées (33 %) par rapport au plein air (24 %), avec toutefois une mortalité moins élevée en cage (2,5 %) qu’en plein air (8,8 %).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

En 2017, l’Anses a réalisé des enquêtes épidémiologiques sur l’importance du picage dans 160 élevages. Les résultats montrent davantage de lots avec plumage dégradé en cages aménagées (33 %) par rapport au plein air (24 %), avec toutefois une mortalité moins élevée en cage (2,5 %) qu’en plein air (8,8 %).