Une image acquise par des capteurs (caméras) alimente un logiciel. Les algorithmes de ce dernier la triturent pour n’en garder que l’essentiel : la localisation des adventices, géoréférencées sur une carte de la parcelle. La carte est transmise à un petit robot à guidage automatique (GPS + RTK). Celui-ci se déplace vers la zone à risques. Muni d’une caméra et d’un logiciel d’analyse d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !