À Mœurs-Verdey (Marne), Michel et Cyril de Bonnay cultivent des porte-graines depuis trente ans. « Comme je n’avais pas de pâture, je cherchais un moyen pour produire un peu de foin pour les moutons, raconte Michel de Bonnay. Ça permettait également de diversifier l’assolement. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !