L’été a été sec sur une grande partie du territoire. Cela a entravé la dégradation de certains inhibiteurs de l’ALS (acétolactate synthase) comme les sulfonylurées, qui ont été appliqués sur la précédente céréale au printemps. Un risque de phytotoxicité est donc à craindre sur le colza en raison de la présence de reliquats d’herbicides dans le sol.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !