En betterave, près de 99 % des semences utilisées étaient traitées avec des néonicotinoïdes, Imprimo (imidaclopride) ou Cruiser SB (thiametoxam). Leurs cibles principales : les parasites souterrains et les pucerons. Avec l’interdiction en France de cette famille chimique au 1er septembre 2018, la donne a changé.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !