In stallé sur 160 hectares à Préserville, en Haute-Garonne, Daniel Pelisse aime innover. « Depuis mon installation en 1992, j’ai toujours cultivé du maïs, raconte-t-il. Je dispose de 150 000 m 3 d’eau, dans deux lacs collinaires collectifs, l’irrigation n’est donc pas un problème. C’est une sécurité en cas de besoin. Mais je suis aussi engraisseur de bovins, et je cherchais à ré...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !