« MESSIEURS, C'EST GRAVE ! MESSIEURS, C'EST ENCORE PLUS GRAVE QUE NOUS NE PENSIONS. » Cet avocat avait compris que pour mettre son client en condition, il fallait lui noircir le tableau. Aujourd'hui, c'est la société qui s'exprime ainsi. Assis début septembre sous un soleil radieux, j'entends comme toujours parler de « la crise ». En campagne on évoque le choc céréalier, les médiocres vendanges, le tourisme en berne. Pourtant...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre