La science appliquée est surprenante. Elle peut créer une passerelle entre un champ de tournesol et un laboratoire du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). J’ai déposé un brevet, il y a une dizaine d’années, sur des bactéries naturelles qui dégradent par photosynthèse un produit issu de l’industrie nucléaire. Or, la structure moléculaire de ce produit...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !