L’HISTOIRE. Pauline avait décidé de vendre à Marie des parcelles agricoles, en vue d’agrandir son exploitation. Mais celles-ci étaient encore occupées par un locataire. Aussi, le 25 mai 2014, le notaire avait-il informé la Safer d’Auvergne de cette aliénation, en précisant que le preneur disposait d’un droit d’acquisition prioritaire. Quelques semaines plus tard, le notaire ayant transmis à la Safer...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre