Si le but est simplement d’améliorer son revenu, que ce soit en revendant l’électricité ou en économisant sur sa facture, un exploitant peut choisir d’investir, seul ou à plusieurs, dans une centrale photovoltaïque. S’il a un projet de réfection de toiture ou de nouveau bâtiment, il a la possibilité de mettre sa toiture ou une parcelle de terrain à disposition d’un investisseur, qui se chargera des travaux...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Définir son projet

Investir comment ? Pourquoi ?

Si le but est simplement d’améliorer son revenu, que ce soit en revendant l’électricité ou en économisant sur sa facture, un exploitant peut choisir d’investir, seul ou à plusieurs, dans une centrale photovoltaïque. S’il a un projet de réfection de toiture ou de nouveau bâtiment, il a la possibilité de mettre sa toiture ou une parcelle de terrain à disposition d’un investisseur, qui se chargera des travaux. Dans ce cas, l’exploitant ne perçoit aucun revenu de la vente d’électricité, mais peut se faire financer une partie importante de ses travaux. Il peut également percevoir un loyer pour la mise à disposition de son toit. Néanmoins, il faut faire attention à qui l’on s’adresse et bien lire les clauses du contrat.

Les conditions de base

« Un toit exposé plein sud et incliné à 30 degrés (pente de 57 %) est idéal, mais cela reste intéressant avec un toit à 15 degrés (25 % de pente) et des orientations sud-est ou sud-ouest », indique Guillaume Coicadan, conseiller énergie à la chambre d’agriculture du Rhône. Autres critères indispensables : une charpente en bon état, dans le cas d’un bâtiment existant, et l’absence de masque proche (arbre, bâtiment) ou lointain (montagne).

Vendre ou autoconsommer

Quatre options

L’électricité produite peut être vendue intégralement ou autoconsommée totalement ou partiellement, avec ou sans revente du surplus. En cas d’autoconsommation, les coûts de raccordement sont plus faibles et une prime est versée à l’investissement. Mais les tarifs de rachat du surplus sont nettement moins intéressants qu’en vente totale : 6 centimes/kWh pour une installation de 36 ou 100 kWh, contre respectivement 12,07 et 11,24 en contrat de vente totale ! En autoconsommation, le revenu vient principalement des économies liées au non-achat d’électricité au réseau. Toute la difficulté est de les chiffrer… « L’autoconsommation peut être envisagée pour les fermes ayant une consommation forte en journée et relativement constante dans l’année, avec une facture d’électricité au moins égale à 6 000 euros  HT par an, conseille Guillaume Coicadan. Et le projet devra être dimensionné au plus juste, car la vente du surplus est très mal rémunérée, et le stockage sur batterie n’est pas encore rentable, même si la technologie évolue très vite. »

Rentabilité à long terme

Durée de vie : quarante ans

Dans le cas d’une vente totale d’électricité, les recettes sont connues d’avance grâce aux tarifs d’achat garantis sur vingt ans. En autoconsommation, les économies augmentent avec le temps, car le coût de l’électricité se renchérit au fil des ans (1). Dans les deux cas, les premières années permettent surtout de rembourser les annuités d’emprunt. Mais avec une durée de vie des panneaux de quarante ans, c’est sur le long terme qu’il faut regarder.

(1) Cette hausse est toujours prise en compte dans les modèles de simulation.

Bérengère Lafeuille