Même si l’objectif n’est pas toujours d’atteindre 100 % d’autonomie protéique, des préoccupations économiques (prix des tourteaux), éthiques (traçabilité) ou zootechniques poussent de plus en plus d’éleveurs à avancer dans cette voie. Luzerne, trèfle violet, féverole, lupin, méteil… Que choisir ? Le contexte pédoclimatique de l’exploitation, la surface disponible...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !