« Dans un contexte de forte volatilité des prix, il est très important pour les agriculteurs de bien faire la distinction entre coût de production et seuil de commercialisation avant de décider de vendre leurs produits », insiste Thierry Lemaître, responsable conseil de CER France Nord-Est-Ile-de-France. Les deux indicateurs sont différents et complémentaires.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !