La société en participation (SEP) rime avec mutualisation. Son point de départ provient de la volonté des exploitants agricoles de rassembler une partie ou la totalité de leur exploitation. Il s’agit essentiellement d’agriculteurs de la même famille ou de voisins, selon Thibault Magnien, responsable juridique et conseil au cabinet Berson et associés (lire l’encadré ci-contre).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !