Les intrusions des abolitionnistes chez des éleveurs heurtent tous les syndicats. À l’image de Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne : « Sous couvert d’une lutte contre le système intensif, ils portent atteinte à l’intégrité d’une famille. La désobéissance civile s’attaque à un système, et non aux personnes. Il n’y a aucun dialogue possible. Leur...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !