Les différences précises entre la ' protection intégrée ', la ' protection raisonnée ' et la ' lutte biologique ' restent souvent floues. Voici les définitions officielles :

- selon la directive européenne 91/414, la protection intégrée est ' l'application rationnelle d'une combinaison de mesures biologiques, biotechnologiques, chimiques, physiques, culturales ou intéressant la sélection des végétaux (production de variétés résistantes), dans laquelle l'emploi de produits chimiques phytopharmaceutiques est limité au strict nécessaire pour maintenir la présence des organismes nuisibles en dessous du seuil à partir duquel apparaissent des dommages ou une perte économiquement inacceptables '. Dans cette conception de la protection des cultures, on réserve la priorité à la mise en oeuvre des éléments naturels de limitation des infestations de ravageurs essentiellement. Les produits chimiques n'interviennent qu'en dernier ressort, lorsque tous les moyens de lutte disponibles ont été épuisés, et en dehors des périodes de sensibilité des auxiliaires. La généralisation d'une protection intégrée passe par une formation des producteurs à l'observation et à reconnaissance des auxiliaires les plus répandus et les plus visibles.

- en comparaison, la protection raisonnée est définie comme un ' type de lutte caractérisée par un aménagement progressif de la lutte chimique, grâce à l'utilisation des seuils de tolérance économique, et à l'emploi raisonné de produits spécifiques ou peu polyvalents (définition de l'OILB, organisation internationale de la lutte biologique).

- quant à la lutte biologique, elle consiste ' à l'utilisation d'organismes vivants ou de leurs produits pour empêcher ou réduire les pertes ou dommages causés par des organismes nuisibles ' (OILB).