«Nous utilisons notre rouleau Faca pour détruire les couverts mécaniquement au moment des semis, en remplacement de la destruction chimique. Il nous aide à aller plus loin dans notre démarche agroécologique », confient Christian et Eric Abadie, agriculteurs et éleveurs à Estampes (Gers).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

«Nous utilisons notre rouleau Faca pour détruire les couverts mécaniquement au moment des semis, en remplacement de la destruction chimique. Il nous aide à aller plus loin dans notre démarche agroécologique », confient Christian et Eric Abadie, agriculteurs et éleveurs à Estampes (Gers).

En imitant le fonctionnement des tondeuses de type anglais, le rouleau Faca permet de réaliser un pseudo-broyage.

Privilégier la destruction mécanique

Les frères Abadie cultivent 95 ha en semis direct sous couvert végétal. Pour détruire leurs couverts, ils pratiquaient tantôt un broyage avec un outil animé, tantôt un désherbage chimique. Ces derniers impliquaient l’utilisation de produits phyto, ainsi qu’un passage supplémentaire avec le tracteur dans la parcelle. Ce qui, outre un coût supplémentaire en carburant et produits, va à l’encontre de la philosophie des agriculteurs, qui tentent de minimiser l’impact de leur itinéraire technique sur le sol.

Le Faca a d’abord remplacé le broyeur puis, avec les rotations de plus en plus fines, le désherbage chimique.

Constructeur local

Il engendrait néanmoins un passage supplémentaire du tracteur, ce qui n’était pas du goût des agriculteurs : « Rouler le couvert en solo sans autoguidage par GPS revient à ne pas le coucher exactement dans l’axe du passage du semoir. Les tiges et feuilles s’enroulent autour des éléments, causant des bourrages et imprécisions lors du semis », expliquent-ils.

Ils font alors appel à Aurensan, constructeur local spécialisé dans le matériel de semis direct, afin de concevoir un rouleau attelé sur le relevage avant et adapté aux couverts de l’exploitation, souvent hauts et denses. Le châssis est composé de deux parties en forme de V qui créent un phénomène de ripage, favorisant le broyage et nécessitant moins d’efforts. Le poids total de 600 kg fait office de masse sur le John Deere 6610. Le rouleau est suffisamment léger afin de ne pas avoir à changer de tracteur pour supporter l’ensemble. Son petit diamètre lui confère une grande vitesse linéaire, qui amplifie et améliore la destruction.

Écologique et économique

Après des années d’utilisation, les frères Abadie dressent un bilan positif du rouleau : « Nous sommes davantage en phase avec notre vision de l’agriculture. »