« Lorsqu’en 2014, les services vétérinaires de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DCSPP) ont demandé une modernisation de l’abattoir, assortie d’un déclassement sanitaire temporaire en catégorie 3, il a fallu trouver des solutions. Il était hors de question d’abandonner cet outil. Celui-ci apporte, depuis 1941, un service réel à toute la filiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Demande limitée dans les bonnes charolaises

L’activité des abattoirs reste perturbée par la gestion des équilibres carcasse. Les pièces nobles sont stockées. Les bonnes vaches charolaises ont du mal à trouver preneur. Du côté des laitières et des jeunes bovins, la situation reste compliquée face au manque de débouchés.