L’utilisation des drones pour l’établissement de cartes de modulation intraparcellaire d’engrais prend de l’ampleur sur le territoire français. Les surfaces de blé et colza survolées sont passées de près de 3 000 ha en 2012-2013 à 150 000-200 000 ha en 2016-2017. Le conseil apporté permet, selon les objectifs et l’équipement à disposition, un ajustement de dose, une modulation manuelle ou automatique de la dose d’engrais apportée.

De nombreuses applications possibles

En parallèle du développement de ce mode d’établissement de conseil pour la gestion de la fertilisation, différents services liés à la cartographie de parcelles par les drones sont à l’essai : détection d’adventices dans des cultures, estimation du confort hydrique des cultures, des dégâts de gibier, détection de maladies…

Une conférence organisée par La France Agricole sur le sujet se tiendra jeudi 7 septembre, à 13 h 45, dans l’espace Conférences, avec la participation de Guillaume Laplace, conseiller de la chambre d’agriculture de la Haute-Garonne, Matthieu Killmayer, ingénieur chez Arvalis et Bernard Sicard, céréalier installé à Balma (Haute-Garonne). Retour d’expérience sur l’utilisation d’une carte de préconisation établie par drone, bilan de la première campagne Mes dron’images en Occitanie et panorama de ce que les drones promettent au secteur agricole sont au programme.