Les Dacia Logan, Ford Ranger, Isuzu D-Max, Land Rover Defender, Mazda BT 50 et Mitsubishi L200 que nous avons mis à l'épreuve dans une exploitation de l'Aisne, nous les avons comparés en les confrontant à des conditions de travail agricoles.

Trois jours durant, nous les avons conduits sur des chemins enneigés, gelés ou boueux, avec dans leur benne un sac de semences de 500 kg.

Trois constructeurs n'ont pas pu nous prêter de modèles. C'est pourquoi nous n'avons pas soumis les Toyota Hilux, Nissan Navarra et Iveco Massif aux mêmes réjouissances. Malgré ces absences, notre comparatif vous fournira une connaissance plus précise de l'offre des pick-up du marché.

Véhicules utilitaires très populaires dans les fermes américaines, les pick-up peinent encore à se débarrasser de leur image de 4 × 4 pour surfers et jeunes cadres dynamiques auprès des agriculteurs français. Nous les avons donc mis à l'épreuve du terrain afin de connaître les limites de leur rusticité et d'évaluer leur aptitude à partager le quotidien d'un agriculteur.

Le cahier des charges prévoyait de tester des véhicules en version 4 × 4, diesel, avec cabine Club (2 portes et 4 places), pour lesquels il est possible de récupérer la TVA. Mazda, Mitsubishi et Isuzu ont fourni un véhicule répondant exactement à ces spécifications. Ford a prêté une version à double cabine, tandis que Land Rover a présenté une simple cabine.

Enfin, Dacia ne possédait pas encore de pick-up 4 × 4 au moment de l'essai. Néanmoins, nous avons jugé intéressant de l'intégrer dans ce comparatif car son prix ultracompétitif fait qu'il entre naturellement dans la réflexion d'investissement d'une exploitation agricole.

Deux épreuves phares

Arrivés rutilants dans la cour de la ferme, les pick-up ont fini leurs trois jours de tests avec de la boue jusqu'au toit. Car ils n'ont pas chômé pendant cette semaine d'essais.

Après le classique petit tour sur l'autoroute pour atteindre la ferme du test dans le sud de l'Aisne, ils ont reçu une charge de 500 kg avant de prendre la direction du chemin de torture.

Là, sur une quinzaine de kilomètres, ponts et suspensions ont été soumis à très rude épreuve. Car, en plus du terrain accidenté, les concurrents ont dû composer avec les éléments déchaînés du début du mois de février 2010. Ainsi, neige et pluie diluvienne ont accompagné les pick-up dans la découverte des chemins vicinaux de l'Aisne.

Tous les concurrents ont réussi l'épreuve avec brio, y compris la Dacia qui n'est pas passée partout mais a réalisé une performance honorable pour un 2 × 4.

La seconde épreuve était celle de la consommation. Chaque véhicule a parcouru un circuit de 80 km alternant un tiers de route départementale, un tiers d'autoroute et enfin un tiers de chemin vicinal. Ce dernier tronçon a été parcouru en quatre roues motrices.

Le plein de carburant de chaque véhicule a été fait au début, puis à la fin du parcours afin de connaître la consommation de chacun. Là encore, une bonne surprise était au rendez-vous puisque la consommation maximale est de 12 litres pour 100 km, avec la moyenne de l'essai se situant autour de 10 litres pour 100 km.

Le reste de l'évaluation a porté sur des épreuves de maniabilité et sur la facilité d'entretien et de maintenance.

Le test de l'oeuf

Difficile de juger de l'efficacité d'une suspension tant les critères et les seuils de tolérance de chaque chauffeur sont différents. Nous avons donc décidé de recourir au test de l'oeuf, pratiqué dans les années soixante-dix pour vanter les suspensions de la 2 CV.

Nous avons disposé 50 oeufs dans un panier arrimé sur le siège passager, puis roulé sur une partie du chemin de torture.

L'objectif était de comparer le nombre d'oeufs cassés pour chaque pick-up. L'enseignement de l'épreuve : aucun oeuf brisé et des suspensions efficaces.

Notre choix : le Mitsubishi L200 pour sa polyvalence

Il sait tout faire et il le fait bien. Ses performances en terrain difficile et sur route satisfont aux attentes des usages agricoles.

Premier atout du Mitsubishi, son moteur. Son bloc de 136 ch conjugue couple, puissance et reprises tout en restant plus sobre que ses adversaires. Sa transmission et ses ponts sont adaptés aux chemins les moins carrossables et sont faciles d'utilisation. Le comportement du L200 bénéficie de suspensions efficaces.

Bien que sa caisse ne soit pas la meilleure du lot, le Mitsubishi remporte tous les suffrages concernant le poste de conduite. Le confort est comparable à celui d'une berline. L'intérieur se prête bien à un usage professionnel grâce à ses nombreux rangements et à ses matériaux.

Plus flatteurs, les habitacles du Ford et du Mazda craignent davantage taches et accrocs. Le Mitsubishi ne surclasse pas ses camarades de jeu. Mais c'est le pick-up le plus complet du comparatif.

A lire et à voir également :

Dacia Logan : l'alternative économique au 4 × 4

La vidéo et le diaporama

Ford Ranger : l'américain venu tout droit de la plage

La vidéo et le diaporama

Isuzu D-Max : paré pour tous le s travaux

La vidéo et le diaporama

Land Rover Defender 110 : le tout-terrain à l'état brut

La vidéo et le diaporama

Mazda BT 50 : plus utilitaire que son cousin américain

La vidéo et le diaporama

Mitsubishi L200 : le meilleur compromis pour la ferme

La vidéo et le diaporama

par Sébastien Chopin, Henri Etignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain (publié le 9 avril 2010)