Augmentation du parcellaire, meilleure adéquation entre les conditions de travail et du sol et le rouleau, ou encore volonté de réduire les charges de mécanisation en limitant le nombre de rouleaux présents sur la ferme : tous ces facteurs plaident en faveur d’un changement rapide, voire d’un démontage des rouleaux, lorsque les conditions extrêmes imposent de travailler sans cet élément de finition sur des outils lourds...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Augmentation du parcellaire, meilleure adéquation entre les conditions de travail et du sol et le rouleau, ou encore volonté de réduire les charges de mécanisation en limitant le nombre de rouleaux présents sur la ferme : tous ces facteurs plaident en faveur d’un changement rapide, voire d’un démontage des rouleaux, lorsque les conditions extrêmes imposent de travailler sans cet élément de finition sur des outils lourds de type finisher.

Il faut dire que ces deux opérations s’avèrent particulièrement fastidieuses, voire impossibles si l’entraxe n’est pas le même d’un outil à l’autre.

Une seule personne

Le système le plus abouti est le prototype dévoilé par Lemken à Agritechnica. Concrètement, le rouleau n’est pas vissé mais verrouillé sur l’outil au moyen d’axes et de boulons. Les points d’ancrage sont placés au niveau du centre de gravité du rouleau, ce qui simplifie sa manutention. Il est posé au-dessus de l’outil, jusqu’à ce qu’il repose contre la butée inférieure et qu’il soit verrouillé avec le boulon.

Une seule personne dotée d’un chargeur frontal ou d’un télescopique suffit pour réaliser l’opération.