En quelques années, à la faveur du développement technique des automoteurs de pulvérisation, des suspensions de rampe et des amortissements d’essieux, la vitesse moyenne lors des traitements est passée de 10 km/h à des allures qui frôlent parfois 20 km/h. Avec la régulation de type DPAE, c’est-à-dire proportionnelle à l’avancement, la pression de pulvérisation est liée directement à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !