Après une bonne année 2016, « sauvée » par les achats de la Chine, les prix européens du porc ont reflué en 2017, dès le printemps en France, et plus tardivement en été dans les autres États membres. En effet, Pékin a ralenti ses importations, passant de 3 millions de tonnes (Mt) de viandes et abats de porc en 2016 à 2,4 Mt cette année, avec un impact immédiat sur les cotations...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !