Une partie de la profession agricole déplore une réduction drastique de la palette de solutions chimiques. De plus, la mise sur le marché des spécialités en France est perturbée avec des retards d'évaluation et des dossiers bloqués malgré l'avis positif de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). D'un autre côté, les associations environnementales...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre