Pour la gestion des couverts, la destruction par voie chimique reste la plus souple en termes de fenêtre d'intervention et de débit de chantier.

Cependant, le recours au glyphosate peut être interdit par arrêté préfectoral dans le cadre du quatrième programme d'action contre les fuites de nitrates. Il apparaît donc primordial de trouver d'autres solutions.

L'application de glyphosate va également à l'encontre d'une exploitation menée en agriculture biologique comme celle de Patrice Lefeuvre. Cet agriculteur de Saint-Thomas-de-Courceriers (Mayenne) a donc dû trouver une alternative.

« Je recherchais une solution qui demande peu d'énergie de traction, explique-t-il. Comme je ne trouvais rien sur le marché, j'ai décidé, il y a sept ans, de construire un outil de scalpage des plantes. »

Des socs triangulaires

Patrice Lefeuvre s'est donc fabriqué un déchaumeur lourd à grand dégagement. L'outil est muni de dix dents rigides réparties sur quatre rangées et de socs triangulaires plats de 36 cm de largeur.

Une configuration qui forme un « plateau de scalpage » au contraire d'une configuration à dents souples, où l'angle des pointes peut varier. « A l'arrière de l'outil, j'ai installé un rouleau barre avec une herse à dents souples qui nivelle et tire la végétation en surface », précise l'agriculteur.

Pour être efficace, l'intervention doit se faire à une profondeur précise pour couper les plantes entre le collet et les racines. Deux roues de jauges ont donc été adjointes afin de maintenir cette profondeur de travail. Patrice Lefeuvre intervient en deux passages.

« Je passe une première fois à 2 cm de profondeur. Enfin, je repasse avant le semis à 4 cm de profondeur pour couper le pivot des repousses. »

Aujourd'hui, la seule limite de cet appareil est sa pénétration en condition très sèche ou en sol fortement compacté. Un inconvénient qui devrait rapidement être réglé par le montage de nouveaux socs plus agressifs.

Trois solutions en fonction du sol et du couvert

Roulage

• Coût : 15 €/ha

• Où : en couvert bien développé.

• Débit : 3 ha/h pour un outil de 8 m.

• Avantages : économique, simplicité de mise en oeuvre, entretien minimal de l'outil.

• Inconvénients : efficacité variable, problèmes de tassement dans certaines situations.

Scalpage

• Coût : de 20 à 25 €/ha

• Où : tous couverts en sol ressuyé.

• Débit : de 4 à 5 ha/h pour une largeur de 4 m et selon le type d'outil.

• Avantages : résultats homogènes quel que soit le type de couvert.

• Inconvénients : risque de lissage du sol en conditions humides, bouleversement du premier horizon en semis direct.

Déchiquetage

• Coût : de 18 à 20 €/ha

• Où : tous couverts et tous types de sol.

• Débit : 3 ha/h pour un outil de 4 m.

• Avantages : mélange terre et débris végétaux, risque de lissage du sol limité.

• Inconvénients : coût d'achat, risque de bourrage dans certains cas, bouleversement du premier horizon en semis direct.

par Sébastien Chopin, Bérangère Lafeuille, Corinne Le Gall, Nicolas Levillain, Florence Mélix, Vincent Thècle et Cécile Vinson (publié le 7 mai 2010)