«En 2018, nous avons testé le miscanthus dans quelques cases de notre bâtiment, déclare Jérôme Legros, à la tête de 135 vaches et 280 brebis, avec sa mère Annick, à Saint-Léger-Magnazeix, en Haute-Vienne. L’essai a été concluant. Nous avons décidé d’en cultiver 15 hectares sur les parcelles les plus éloignées de l’exploitation. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !