image Pas de doute, le 8690 possède le design le plus réussi du test. En cabine, la première impression est très favorable mais il faut rapidement prendre le manuel pour comprendre les subtilités de la boîte.

Le Massey Ferguson 8690 en images

JOYSTICK. Le large accoudoir est bien conçu et abrite de nombreuses fonctions. Néanmoins, la disposition des boutons n'est pas très logique.

Ainsi, certaines commandes que l'on pourrait s'attendre à retrouver sur l'accoudoir comme le guidage et les ponts sont placées sur la console de droite.

L'ensemble manque de codes couleur pour se repérer entre les commandes de boîte (SV1/SV2) et le verrouillage de l'hydraulique.

Bonus. Comme sur les autres tracteurs de la marque, l'inverseur sert aussi à contrôler la transmission.

Caché. Certaines commandes du relevage sont cachées sous un panneau de la console de droite..

Fiche technique

 Puissance : 370 ch

 Transmission : à variation continue (Dyna-VT)

 Hydraulique : 6 distributeurs

 Prise de force : 4 régimes

MOTEUR. Il est possible de mémoriser deux régimes moteur, appelés A et B. L'opération s'effectue simplement en maintenant le bouton enfoncé quelques secondes lorsque le moteur est au régime souhaité.

Seul problème, ces boutons sont très petits et perdus au milieu des autres commandes. Il est aussi possible d'enregistrer et d'activer ces régimes avec les boutons auxiliaires placés sur le levier en croix.

Enfin, le petit écran au tableau de bord peut aussi effectuer l'opération d'enregistrement. Il est possible de coupler régime de moteur et régulateur de vitesse sur le terminal.

TRANSMISSION. Le 8690 offre trois modes de conduite : automatique (levier ou pédale), automoteur et manuel. Le mode automatique DTM (Dynamic Tractor Management) est activé en appuyant sur le bouton orange A situé sur l'arrière de l'accoudoir.

Avec ce mode, le chauffeur règle plusieurs paramètres comme l'agressivité de la boîte, le superviseur de sous-régime et la conduite à la pédale. Le passage en conduite à la pédale s'effectue en appuyant sur un bouton bien identifié par un dessin de levier et de pédale.

Sur le terminal, un graphique indique la plage de travail de la pédale mais ne précise pas si cette fonction est engagée. Le mode automoteur s'obtient en activant un régime A ou B puis en appuyant sur le bouton du mode pédale. Un petit logo d'ensileuse apparaît alors sur le tableau de bord. Il faut avoir le nez dessus pour le voir, en particulier en plein soleil.

Ce mode permet de conduire le tracteur à la pédale, comme un automoteur à transmission hydrostatique.

Le gros point fort du 8690 est l'inverseur Massey qui regroupe les fonctions d'accélération et de décélération de la boîte, l'immobilisation active et le frein de parking.

La présence de cet inverseur permet à n'importe quel chauffeur de Massey Ferguson de prendre en main rapidement ce tracteur. Le mode manuel est réservé aux applications très spécifiques comme le broyage.

La transmission propose deux plages de travail (lièvre/tortue). On passe de l'une à l'autre avec le bouton placé sur le côté du levier de vitesses. Cette fonction mériterait d'être mieux indiquée.

Le 8690 dispose enfin de deux vitesses mémorisables appelées SV1 et SV2. Elles sont commandées par des boutons placés près des régimes moteur.

PONTS. Les interrupteurs de pont et de différentiel sont placés sur la console de droite, assez loin du chauffeur.

Une pression met la fonction en mode automatique, un appui de trois secondes passe le pont en mode forcé.

Le seul témoin de l'engagement et du blocage se situe sur le petit écran du tableau de bord.

PRISE DE FORCE. Les boutons de commande de la prise de force et de son automatisme sont idéalement placés sur l'accoudoir et bien identifiables.

La sélection du régime s'effectue au moyen de boutons tactiles placés sous un capot sur la console de droite.

Les informations relatives à la prise de force sont indiquées sur le tableau de bord. Les commandes extérieures s'utilisent sans activation préalable.

RELEVAGE. L'interrupteur principal est bien placé, au centre de l'accoudoir, et possède une fonction d'arrêt.

Pour contrôler la profondeur, il faut utiliser une grosse molette située sur la droite de l'accoudoir. Les chauffeurs de petite taille ne peuvent pas voir les graduations de la molette.

Les réglages auxiliaires sont dissimulés sous un panneau secret de la console de droite. Il est possible d'automatiser la vitesse de descente afin qu'elle s'adapte au poids de l'outil.

DISTRIBUTEURS. Le 8690 est doté de six distributeurs auxiliaires. Les sorties 1 et 2 sont montées sur un levier en croix, les 3, 4 et 5 sont des commandes à palette en bout d'accoudoir et le 6 est une commande à palette située au centre de l'accoudoir.

Les distributeurs 3, 4 et 5 sont placés dans le mauvais sens, avec le 5 à gauche. Tous les distributeurs peuvent être réglés en débit et temporisation rapidement à partir du terminal. Encore faut-il trouver le menu !

Le débit se règle à 25, 50, 75 ou 100 % ou par paliers de 1 %.

 

LES NOTES DES TESTEURS

Joystick : 4/10

Terminal : 7/10

Accoudoir : 7/10

Intégration du terminal : 6/10

Identification des commandes : 6/10

LE BILAN DE L'ESSAI
Les points forts Les points faibles

Inverseur combiné.

Réglage du régulateur de vitesse.

Conduite.

 Disposition sur l'accoudoir.

 Affichage du mode.

 Logiciel du terminal.

NOMBREUSES COMMANDES EXTÉRIEURES

Le terminal n'est pas le point fort du 8690. Au cours de la semaine d'essai, nous avons rencontré plusieurs bugs avec le logiciel, comme la disparition des séquences de bout de champ du menu.

C'est dommage car ce terminal offre de très nombreuses possibilités de réglage, avec un environnement assez convivial, comme pour la programmation des séquences de bout de champ.

L'écran n'est pas tactile mais dispose de nombreuses solutions pour naviguer dans les menus, avec une grosse molette sur le côté, douze touches réparties autour de l'écran et un petit pavé de contrôle placé sur l'accoudoir.

Ce dernier reprend les fonctions de la molette et des boutons. Dans la pratique, nous ne nous sommes pas servi de cette palette car il est plus simple d'agripper le terminal et de tourner la molette.

La palette sert aussi à naviguer dans les menus du petit écran situé sur le tableau de bord. Ce dernier est d'ailleurs incontournable pour certaines opérations comme la programmation des vitesses de démarrage..

par Henri Etignard et Corinne Le Gall Avec Guido Hoener, Frank Berning, Jan-Martin Kueper (« Top Agrar »), Emily Padfield (« Farmers Weekly »), Frits Huiden (« Boerderij ») et Norbert Uppenkamp (« LWK Munster ») (publié le 7 janvier 2010)