« Tu as de trop belles mains pour travailler sur une ferme. » Tout est parti de cette remarque. « Régulièrement, nous sommes soumises à ce genre de sarcasmes en classe ou en stage », explique Périne, élève en terminale « sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » au lycée public du Gros chêne, à Pontivy (Morbihan). En aparté d’une formation...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !