En 2006, Alain Sagot et ses deux voisins décident de faire leur assolement en commun. « On est plus performants à trois sur 450 hectares que seul sur 150 hectares, assure Alain. Outre l’avantage économique de mutualiser, il y avait un intérêt humain. » Les trois amis créent donc une des premières SEP (société en participation). Pourquoi pas un Gaec ? « Le Gaec, c’est comme un mariage, et la SEP, comme un Pacs...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !