Au fil des années, les machines s'alourdissent et donc les charges que les pneus doivent supporter. Si les TCS réduisent le nombre de passages au cours d'une campagne, elles n'allègent pas le poids des outils. Que ce soit avec les tracteurs, les automoteurs ou encore les bennes, les problèmes de compaction se multiplient.

Qu'elle soit de surface ou en profondeur, la compaction est dangereuse pour la santé du sol. Des terres contenant de l'argile sont les premières touchées car le pourcentage d'humidité est élevé et la présence de matière organique est faible. Tracter dans de mauvaises conditions ou avec des pneus inappropriés ou mal réglés peut provoquer de graves déséquilibres. Lors des passages d'engin, l'espace occupé par les pores du sol qui contiennent l'eau et l'air se réduit, le sol risque alors l'asphyxie.

' La compaction de surface est moins dommageable car elle est réparable grâce aux conditions climatiques ou à une intervention mécanique. Cependant, la compaction en profondeur causée entre autres par le passage de la roue de tracteur dans la raie de labour est plus embêtante car elle est difficile à résorber ', précise Jean-François Billot, du Cemagref.

Si la pesanteur est incontournable, il est possible de minimiser la pression au sol. ' Une simple préparation du sol avec des pneus mal réglés peut avoir de graves conséquences. Le sous-gonflage abîme le pneu, le surgonflage abîme le sol. L'idéal serait d'avoir une pression par outil ', explique Guy Lafferrere, responsable du service du marketing de Michelin. La pression de gonflage dépend à la fois de la charge imposée et de la vitesse de roulement. Il existe en plus pour chaque pneu une pression minimale à respecter pour limiter le risque de glissement entre le pneu et la jante. Les manufacturiers proposent des grilles d'utilisation ' charges-pression '. La référence d'utilisation d'un pneu moteur est fixée en conditions de transport lorsque le pneu souffre le plus d'échauffement. Dans le champ, les vitesses sont beaucoup plus faibles mais mieux vaut conserver la pression de référence, les roues motrices subissant les efforts importants, notamment pour des travaux avec couple.

Pour une carcasse souple, la pression exercée sur le sol est équivalente à celle de l'intérieur du pneu. Plus la pression du pneu est faible, plus la structure du terrain est préservée. Mais attention, lorsque la pression est basse, la charge supportée est faible. Il faut alors dimensionner son pneu pour qu'il puisse rouler à basse pression avec sa charge. Pour les roues motrices, la structure radiale, qui domine 80 % du marché, est à privilégier. A charge égale, elle accepte des pressions de gonflage plus basses qu'un pneu conventionnel : son architecture de nappes disposées en arceaux radiaux présente moins de résistance au roulement. Sa bande de roulement peu déformable et ses flancs souples lui confèrent une qualité d'adhérence importante alors que sous l'effet d'une charge, un pneu conventionnel se déforme à la fois sur les flancs et la bande de roulement et peut limiter l'accroche du pneu au sol.