Nous avons été privilégiés avec ce Rubin 10. En effet, il est arrivé directement d’Allemagne, alors que le constructeur ne l’avait pas encore présenté officiellement. C’est le remplaçant du Rubin 9. La gamme, lancée quelques jours plus tard lors d’Innov Agri 2018 est composée de machines portées à partir de 2,5 mètres et de machines semi-portées repliables jusqu’à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Nous avons été privilégiés avec ce Rubin 10. En effet, il est arrivé directement d’Allemagne, alors que le constructeur ne l’avait pas encore présenté officiellement. C’est le remplaçant du Rubin 9. La gamme, lancée quelques jours plus tard lors d’Innov Agri 2018 est composée de machines portées à partir de 2,5 mètres et de machines semi-portées repliables jusqu’à 7 mètres. Certaines versions portées sont disponibles avec une roue de délestage pour limiter l’effort sur le relevage.

Notre machine était pourvue d’un semoir à petites graines. Celui-ci est placé à l’arrière de la machine pour ne pas gêner la visibilité sur cette dernière. Lemken lui associe une petite passerelle, équipée d’une échelle pour faciliter son accès. Il est fourni par APV mais possède les couleurs du constructeur allemand. Les descentes débouchent juste avant les rouleaux barres.

Notons que cette machine sera livrée à partir de 2019 chez les premiers clients.

Attelage

Notre Rubin est le seul appareil du test équipé d’un attelage sur les trois points du tracteur. Ce dispositif est plus contraignant et n’apporte pas d’avantages technologiques. Lors des phases de dételage, il faut faire attention à bien verrouiller la tête d’attelage pour éviter qu’elle ne bascule. Pour cela, l’axe du troisième point prend place au niveau de la rotule pour la maintenir droite.

Ce déchaumeur fonctionne avec trois distributeurs. Ils sont équipés de poignées pour faciliter le branchement.. Un capuchon de couleur est associé à leurs fonctions. Un autocollant placé sur le timon d’attelage rappelle l’attribution de chaque couleur. C’est pratique mais il ne faut pas perdre les capuchons. Un magasin prend place d’un côté du timon. Il est rapidement rempli. Une béquille centrale est intégrée dans le timon d’attelage.

Châssis et essieu

Il se compose de plaques, auxquelles sont reliées différentes poutres soutenant les organes de la machine. Les roues sont toujours placées à l’arrière comme sur le Rubin 9. D’usine, Lemken propose des pneumatiques en 550/60 R22.5. L’essieu est relié au châssis par une poutre. Le Rubin reprend le design des dernières machines de la marque comme l’Heliodor 9 ou le déchaumeur à dents Karat 12.

Le repliage du Lemken s’effectue en trois parties à l’aide de deux vérins. Des disques restent sous la machine une fois repliée. Par contre les rouleaux sont en deux parties. Au transport, le verrouillage est hydraulique avec un petit vérin qui s’actionne automatiquement lorsque l’on déplie ou replie la machine.

Prévu pour le marché allemand, notre modèle était équipé d’un freinage double ligne pneumatique. Il était donc réceptionné pour rouler à 40 km/h.

Disques

Lemken a équipé son Rubin de 40 disques de 635 mm de diamètre (soit 25 mm de plus que le Rubin 9) et 6 mm d’épaisseur. Ce sont les plus grands disques de ce test. La grande nouveauté, c’est également qu’ils sont montés en X. Sur la seconde rangée, un disque est légèrement avancé par rapport aux autres pour assurer un bon recroisement. L’angle d’attaque est différent entre la rangée de disques avant et arrière. Il est de 17 degrés à l’avant et 15 à l’arrière. Le Rubin possède également un gros angle d’entrure qui atteint 20 degrés. Le moyeu comme l’étançon sont positionnés à l’arrière du disque. Le roulement à double bille à contact oblique intègre une mini-turbine pour chasser la poussière.

La sécurité des disques du Rubin fonctionne avec un ressort. Le dispositif amortit le retour du disque à sa position originale lorsque la sécurité se déclenche. Chaque disque possède son étançon et son propre ressort.

Un disque de bordure plat et lisse est placé de chaque côté de la machine. Il équipe le Rubin 10 en standard.

Rouleau

C’est un double rouleau cage qui équipe notre machine. Les deux font 400 mm de diamètre et sont montés sur un balancier. C’est la seule machine du test équipée de ce type de rouleau. Petite particularité, lorsque nous replions la machine, les rouleaux se relèvent au maximum avant que les côtés de la machine ne se lèvent.

Émiettement

Le Rubin est le seul du test à intégrer deux modules d’émiettement. Une herse à paille est positionnée entre les deux rangées de disques. De plus une rangée de crosses est placée derrière les disques et avant les rouleaux. Elle a une fonction de nivellement. En option, Lemken propose également une herse à paille qui prend place devant les disques.

Réglages

Le réglage de la profondeur de travail est hydraulique de série. Deux vérins sont utilisés par côté, soit quatre vérins en tout. Le dispositif fonctionne sans cale. Une réglette placée sur le côté de la machine indique la profondeur de travail avec une petite flèche rouge. L’aplomb est ensuite ajusté à l’aide du relevage arrière du tracteur.

La herse à paille tout comme la rangée de crosses est ajustable en hauteur. Lemken a développé pour ce faire un système de crémaillère qui s’actionne depuis chaque côté de la machine. Plus besoin de se faufiler à l’intérieur, il suffit de tourner une manivelle dans un sens ou dans l’autre, un vrai confort.

En revanche, pour régler les disques de bordures il faudra sortir les clés, car ils sont fixés avec des boulons. Trois positions différentes sont proposées.

Au travail

Avec sa cinématique en X, le Rubin possède une bonne répartition des charges. Il faut cependant faire attention à l’aplomb, celui-ci, se voit moins car la machine ne dérive pas. La vue sur les disques est bonne, et la réglette de la profondeur se voit bien même au travail.

Pour les fourrières nous tournons en relevant l’essieu.