«Il n'est pas rare que des camions s'arrêtent ici en pensant arriver à la coop », glisse Daniel Seguin, agriculteur à Saint-Georges-des-Coteaux, en Charente-Maritime, en s'approchant de ses silos, à quelques centaines de mètres de sa ferme. On ne blâmera pas les chauffeurs, tant l'imposante infrastructure ressemble aux bâtiments habituellement réservés aux organismes stockeurs. Le silo constitue l'aspect le plus visible du bouleversement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !