1. Réactive. «Notre blog est un moyen de rejeter les clichés qui existent sur les agriculteurs et d'affirmer que notre métier est moderne », explique Christelle Octobre.

2. Energiques. «Notre défi est d'attirer davantage de jeunes et de nous insérer dans les nouveaux réseaux sociaux », expliquent (de gauche à droite) Françoise Labouesse, Elisabeth Auberger, Michèle Debord et Martine Bougerol.

3. Extension. Selon Michèle Debord, qui préside l'association départementale, tous les groupes féminins de l'Allier auront leur blog.

«Samedi, j'avais trop de travail pour participer à la randonnée. Mais le soir, grâce au blog du groupe féminin des Combrailles (1) , j'étais au courant de ce qui s'était passé», se réjouit Christelle Octobre, 32 ans. Originaire de la Corrèze, elle a rejoint le Gaec de son mari et de ses beaux-parents à Terjat, dans l'Allier, en 1997. Ils élèvent et engraissent 180 vaches charolaises et leur suite sur 300 hectares.

«Ce blog est à la fois professionnel et amical, explique Christelle. Il permet de garder un contact régulier avec d'autres femmes du canton et rompt notre isolement. C'est aussi un moyen de rejeter les clichés qui existent sur les agricultrices et d'affirmer que notre métier est moderne. Lorsque le groupe féminin a visité l'installation de chauffage à base de copeaux de bois de notre exploitation, le jour même, les photos et le texte étaient sur le blog. Mon fils a montré notre installation au collège. Sa fierté m'a fait réellement plaisir. Moi, je consulte le blog et je transmets parfois des commentaires. Mais pour rédiger, nous comptons sur notre présidente, Michèle Debord, qui a créé le blog.»

Départ de la conseillère MSA

Tout est parti de la suppression du poste de conseillère décidé par la MSA en 2006. Comment survivre à la disparition de cet appui précieux? Michèle Debord, qui exploite 140 hectares consacrés aux bovins allaitants à Sainte-Thérence, vient alors de reprendre la présidence du groupe féminin de Marcillat-en-Combraille.

«Il réunit 86 adhérentes du canton. Nous avons organisé une formation pour créer des sites internet. Trois agricultrices ont été au bout de la réalisation. Mais pour échanger rapidement entre nous et créer une interactivité, le blog convient mieux», explique cette licenciée d'allemand, passionnée par les nouvelles technologies.

Le 29 octobre 2008, Frédérique Rose, conseillère Trame de la région, réunit les présidentes des groupes féminins de l'Allier pour une journée de formation au collège de Marcillat. «Il suffit d'un ordinateur, d'une connexion internet, d'un e-mail valide et d'un mot de passe, s'enthousiasme Michèle. Après l'inscription sur un site hébergeur, il suffit de choisir le style. Le centre du blog est une succession de messages, d'articles, de photos. Pour ajouter un nouveau message, on écrit et on publie.»

Le soir même de la formation, rejointe par Martine Bougerol qui lui a cédé la présidence du groupe, Michèle Debord met en route le blog du GFDA des Combrailles. «En deux soirées, nous l'avons finalisé. Et depuis, dès que notre groupe programme une activité, textes et photos sont aussitôt intégrés.»

Elles partagent à deux le mot de passe et le contrôle du contenu du blog. Michèle a proposé de transmettre à d'autres le mot de passe. Mais Elisabeth et Françoise, elles aussi agricultrices, ont décliné l'offre: «Elle fait très bien le travail. Pour animer un blog, il faut s'y tenir, aimer cela. Nous, nous transmettons les photos, nos commentaires. Ce blog sert aussi de carte de visite professionnelle.»

Michèle affine le travail: «Un internaute m'a expliqué comment intégrer des vidéos. Sans conseillère, nous devons tout assumer. Ces échanges sont indispensables pour bien vivre notre métier en milieu rural. Notre défi est d'attirer davantage de jeunes, de nous insérer dans les nouveaux réseaux sociaux.» Christelle Octobre espère être rejointe par de jeunes épouses d'agriculteurs parfois peu intéressées par l'agriculture, mais qui pourraient être séduites par la vitalité du groupe.

_____

(1) http://gfdagrimarcillat.canalblog.com . Un blog est unsite internet constitué par la réunion d'informations agglomérées au fil du temps et souvent classées par ordre antéchronologique (les plus récents figurant en premier).

Témoignage : Carole Doré, agricultrice et viticultrice de 35 ans installée dans l'Aisne

« Se donner un droit de réponse »

 

Fréquence. «Depuis janvier, quatre cents visiteurs sont venus au moins une fois sur mon site.»

«Le nom de mon blog, "Farmer power au féminin", reprend l'idée d'un jeune producteur: il souhaitait que les agriculteurs reprennent la main lorsque l'on parle de notre métier dans les médias, explique Carole Doré, agricultrice et viticultrice de 35 ans installée dans l'Aisne. L'idée c'est de ne pas laisser déposséder les agriculteurs de leur pouvoir, de dire que le monde agricole a aussi une voix, même si nous ne sommes plus que 3% de la population. On n'a pas toujours l'impression d'exister: aujourd'hui dans les médias, c'est le bio ou rien. Moi, je pratique l'agriculture raisonnée. J'ai ajouté "au féminin" après "farmer power" parce que c'est moi qui tiens la plume. Ce n'est pas par revendication.»

Carole Doré a créé son blog en janvier 2009. «Je lis beaucoup l'actualité sur internet, j'écoute la radio, la télévision. Souvent, j'entends des phrases sur l'agriculture, l'environnement, l'alimentation qui me font sursauter. Avec le blog, je réagis sur le vif. En retour, j'ai toujours au moins un commentaire.»

Carole Doré est installée depuis 1998 à Charly-sur-Marne sur 240 hectares. Son mari, Christophe, est conjoint collaborateur. Ils cultivent des céréales, des betteraves, des haricots, de la vigne... et ont créé en 2005 un magasin de produits du terroir «Le comptoir des campagnes».

Les parents de Carole l'assistent dans la gestion de ce magasin ouvert sept jours sur sept. Car deux ou trois jours par semaine, Carole Doré se consacre à son mandat de vice-présidente des Jeunes Agriculteurs: «Sur mon blog, je ne raconte pas mon quotidien. Je réagis aux sujets nationaux. Je ne suis pas la voix du syndicat, même si mes idées rejoignent celles de la structure et si j'évite d'être trop tranchée.»

Elle s'adresse à la fois aux agriculteurs et aux non-agriculteurs, parle aussi bien de ses doutes sur la campagne de communication de la FNSEA que des relations de voisinage dans une chronique «voisins comme copains ».

«Une lectrice me livre régulièrement ses commentaires. Elle n'est pas toujours d'accord mais les échanges sont fructueux. Créer le blog a été facile. J'essaie de réagir tous les deux à trois jours pour faire vivre ce rendez-vous. Je crois à cette proximité, aux relations directes avec les lecteurs pour véhiculer une bonne image de notre métier. La rencontre est moins furtive qu'avec une campagne de communication.»

Dernier sujet du blog: le peu d'écho que rencontre le G8 de l'agriculture à l'heure où il faudrait multiplier par deux la production agricole pour nourrir le monde.

par Jean-Claude Ballandonne, Sébastien Chopin, Alexis Dufumier, Bérengère Lafeuille, Corinne Le Gall et Marie-Gabrielle Miossec (publié le 24 avril 2009)