Structures extensives, passez votre chemin. Le salon Agromek 2008, qui s'est tenu du 25 au 29 novembre à Herning, dans le nord du Danemark, s'adresse en priorité aux structures intensives d'Europe du Nord (Scandinavie, Pologne et Grande-Bretagne).

Pas de sortie en famille au programme, donc, mais des visites de stands avec des projets d'investissements dans les cartons. La crise du secteur porcin ne semble pas trop affecter les producteurs danois, qui affirment que c'est en période difficile qu'il faut repenser ses méthodes et investir pour les faire évoluer.Alors que le robot représente 80% des nouvelles installations de traite, le Danemark n'a plus à faire la promotion des automates auprès des éleveurs laitiers. Sans surprise, les innovations dans le secteur bovin concernent donc essentiellement la robotisation de l'alimentation et du nettoyage des stabulations.

Production bio mécanisée

Du côté des matériels de travail du sol, dont la présence alterne désormais un an sur deux avec les salles de traite, les organisateurs d'Agromek ont voulu mettre l'accent sur l'agriculture biologique afin de susciter des vocations. Mais ici, pas d'argumentaire environnemental ou de mise en avant de la petite structure familiale. L'objectif principal est de montrer que la pratique peut être rentable et surtout qu'elle ne demande pas plus d'heures de travail à l'hectare que la conduite conventionnelle. Les matériels mis en avant, en particulier pour le désherbage mécanique, sont donc des gros ensembles de six mètres et plus qui peuvent travailler jusqu'à 12 km/h.

Parallèlement, les pulvérisateurs sont mis en retrait et ne bénéficient plus d'un hall spécifique. La précision du traitement est le maître mot, avec plusieurs présentations de gestion de la coupure des tronçons assistée par GPS.

Incitation au rachat de ferme à l'étranger

Produire propre, donc, surtout en Scandinavie. En effet, la moitié d'un hall est consacrée aux agences organisant des rachats de fermes à l'étranger. Le but est d'inciter les agriculteurs d'Europe du Nord à s'expatrier en Ukraine, en Amérique du Nord ou encore en Croatie, afin d'y produire du porc pour le compte d'entreprises danoises. Avec un argument de taille pour convaincre les volontaires : l'absence de règles environnementales.

Les visiteurs d'Agromek, en majorité éleveurs, s'intéressent aux matériels de grande capacité.

Regain d'intérêt pour la séparation de phases

Poids lourd de la production de porcs en Europe, le Danemark est confronté à un problème récurrent avec ses stocks de lisier. La méthanisation n'apparaît pas comme la meilleure solution car, dans ce pays, elle est l'affaire des collectivités locales et des industriels. Après l'échec des différents procédés de traitement, la tendance actuelle est à la séparation de phases, qui produit un solide compostable d'un côté et un liquide peu chargé de l'autre. Dans ce créneau, plusieurs constructeurs ont dévoilé des solutions à grande échelle, dont Samson, avec une remorque de dix mètres qui est équipée pour traiter les effluents de plusieurs élevages.

par Corinne Le Gall (publié le 28 novembre 2008)