FICHE TECHNIQUE

Fournisseur GPS :John Deere

• Signaux : GPS

Correction :mobile RTK

Lignes deguidage : droiteA-B, contours,cercles, courbes

L'antenne iTC-GPS est installée rapidement sur le toit grâce à un système d'accroche rapide.

Elle peut donc être transférée sans difficulté sur un autre matériel, de cette marque ou non. Le terminal peut lui aussi être transféré sur un autre automoteur.

Précision (6/10)

Le signal RTK utilisé par John Deere est diffusé par GPRS via le réseau de téléphonie mobile (ici le fournisseur allemand Axio-Net).

En ligne droite A-B, l'écart entre la position du tracteur avec autoguidage et la cible est de 8 cm en moyenne, avec un recoupement très net.

En moyenne, le John Deere réalise 6 cm de recroisement en plus que ses concurrents. Cette contre-performance serait due en partie aux mauvais signaux fournis par le réseau de téléphonie.

A l'avenir, la nouvelle antenne SF 3000 devrait permettre de surmonter ces problèmes. Etonnamment, ces défaillances disparaissent pour le guidage en courbe où le John Deere se montre le plus précis.

Il travaille en moyenne à 10 cm de la cible, avec des chevauchements, une bonne performance.

1. Complet. En suivant les icônes placées sur la droite de l'écran, le chauffeur peut programmer l'autoguidage sans risquer de se tromper.

2. Commande. Le bouton d'engagement de l'autoguidage est placé sur l'accoudoir, entre la commande des fourrières et la prise de force.

3. Typique. L'antenne du John Deere se reconnaît à sa boule jaune typique de la marque américaine. Elle est compatible avec toutes les marques.

Fonctions (6/10)

Documentation parcellaire, séquences de bout de champ et demi-tour automatique : l'AutoTrack regroupe toutes les fonctions qu'un chauffeur peut souhaiter.

Sur la console GreenStar, le chauffeur peut personnaliser ses écrans de contrôle. Les fonctions standards sont bien intégrées dans le moniteur. Il est possible de mémoriser les parcelles, les obstacles et les fourrières dans l'ordinateur.

De plus, le système reconnaît automatiquement les surfaces. La fonction iTecPro, qui réalise automatiquement les demi-tours, est proposée en option.

Ce n'est d'ailleurs pas la seule fonction du catalogue des options : on y trouve aussi les coupures automatiques de tronçons pour les pulvérisateurs.

Programmation (9/10)

L'AutoTrack est contrôlé par le terminal Greenstar 2600. Ce grand écran est tactile et en couleur. Il peut s'installer derrière le iMonitor qui contrôle le tracteur.

Gros point positif : un dispositif d'assistance au réglage est disponible pour toutes les fonctions indispensables. Le chauffeur choisit d'abord les options pour la direction des rayons du guidage (droite, courbe...). Ensuite, il est guidé à travers les différents menus.

Tant que l'Autopilot est en paramétrage (traçage du premier rayon), un logo sur le terminal est éclairé en orange. Lorsque l'autoguidage est en fonction, la couleur devient verte.

Si un problème survient sur l'installation, le chauffeur est averti grâce aux changements de couleur sur l'écran. En cliquant sur l'icône représentant un outil, il est possible de revenir directement à un aperçu du menu concernant le paramètre qui pose un problème. Ce dispositif nous a bien plu.

La manipulation du système de documentation est satisfaisante. Différentes fenêtres d'enregistrement sont disponibles et prédéfinies pour enregistrer plusieurs travaux.

Il y a, par exemple, un masque de saisie pour indiquer le type de bouillie présente dans la cuve du pulvérisateur. L'ensemble peut ensuite être transféré grâce à une clé USB.

Intégration (10/10)

Le terminal Greenstar est très bien intégré dans la cabine du 8530. En plus de la direction, il peut contrôler certaines fonctions du tracteur et aussi des outils compatibles Isobus.

L'activation de l'autoguidage est contrôlée par un interrupteur placé sur l'accoudoir multifonctions.

De nombreux tracteurs du catalogue John Deere peuvent être équipés du dispositif d'autoguidage dès le montage à l'usine. Cette option comprend l'antenne et le terminal.

par Corinne Le Gall et Henri Etignard (publié le 1er avril 2011)