«Quand je me suis lancé dans la sélection d’animaux sans cornes, mes collègues me disaient que j’étais fou », se souvient Daniel Peyrot, à la tête de 110 vaches limousines à Vallière, dans la Creuse. Je venais d’obtenir un prix de championnat au concours général à Paris avec mon taureau Joyau. Pour eux, la prise de risque était énorme. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !