L'organe. Les douze dents possèdent un profil en vrille. Elles sont montées sur ressort.

Le profil de sol. Deux horizons travaillés se dessinent. L'un aéré (de 0 à 5 cm), l'autre rappuyé par le rouleau (de 5 à 12 cm). Les deux étages mélangent terre fine et résidus de cultures.

A découvrir : diaporama – vidéo

FICHE

Largeur : 3,50 m

Ecartement entre les dents : 292 mm

Diamètre des disques : 460 mm

Type de rouleau : à lames flexibles

Artisan de la renaissance du déchaumeur à dents, le Terrano compose deux horizons.

Réglage

La profondeur de travail est ajustée par le biais du rouleau arrière. Celui-ci pivote autour d'un axe et est relié au châssis par deux tirants réglables en longueur. L'ajustement est réalisé par l'ajout ou la suppression de cales de différentes épaisseurs. Pour éviter la formation de buttes, la hauteur des disques est réglée grâce à un système individuel de broches et de trous.

Etat de surface

En un mot, homogène. La couverture des résidus est régulière, l'outil réussit à initier une dispersion des chaumes restés à la surface. Les tailles des mottes sont variables. Toutefois, la plupart d'entre elles mesurent entre 5 et 7 cm. Le rouleau les nivelle et crée des billons.

Etat de surface un mois après

Nous avons retrouvé une surface marquée par des sillons de 5 cm, oeuvres du rouleau. Le sol était fermé, quelques trous de vers de terre préservaient un minimum d'infiltrabilité et d'aération.

Profil

Les dents ont travaillé à 12 cm. Les reprises par le train de disques et le rouleau ont façonné un horizon à part entière entre 0 et 5 cm. Cette première strate comporte de la terre fine mélangée à des résidus. Certains chaumes sont intacts, d'autres, explosés, mesurent moins de 3 cm. Les plateaux de tallage sont décollés mais toujours groupés. De 5 à 12 cm, ce mélange a subi un léger tassement du rouleau.

Fait important, des groupes de chaumes s'agglomèrent en fond de passages de dents, pouvant rendre leur décomposition plus longue, voire problématique en conditions hydromorphes. Un mois après le passage du Terrano, nous avons mis en évidence un enfouissement des pailles par intervalles de 20 cm. Le moindre ameublissement demeure. Cela ne semble pas trop déranger les lombrics, assez actifs dans la zone.

Qualité du faux-semis

Une performance dans la moyenne, avec 57 pieds/m², en majorité des graminées. Les levées sont homogènes.

LE BILAN DE L'ESSAI
Les plusLes moins

 Couverture régulière.

 Forte activité des lombrics.

Billonnage du rouleau.

Décomposition lente des chaumes.

par Sébastien Chopin, Henri Etignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain (publié le 15 octobre 2010)