« Même si je ne suis pas encore très bien équipé, je m’oriente vers le semis direct. Mais en favorisant la vie du sol, on se retrouve souvent avec des problèmes de rongeurs sur les parcelles », explique André Peschard, agriculteur à La Chapelle-Vendômoise, dans le Loir-et-Cher. Ce dernier s’est toutefois toujours refusé à employer de la bromadiolone (rodonticide) pour venir à bout des populations...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !