Aborder des sujets sensibles entre gens passionnés aux opinions contraires a vite fait de dégénérer. Surtout si la mauvaise foi et la provocation s’invitent. Et que les interlocuteurs sont du genre « sanguins ». Comment réagir quand le ton monte et devient agressif ?
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Aborder des sujets sensibles entre gens passionnés aux opinions contraires a vite fait de dégénérer. Surtout si la mauvaise foi et la provocation s’invitent. Et que les interlocuteurs sont du genre « sanguins ». Comment réagir quand le ton monte et devient agressif ?

Éviter la riposte violente

Souvent, la méthode la plus payante est également la plus difficile : réussir à rester calme, sans agresser son adversaire en retour. L’agressivité est contagieuse. Sur le coup de l’émotion, vos paroles pourraient dépasser votre pensée… Si la placidité est au-dessus de vos forces, le mieux est de quitter la pièce. « Il faut à tout prix éviter la riposte violente ou les injures. Peut-être que ça soulage sur le coup, mais ça vous dessert ! », insiste Pascale Ract, formatrice à l’Ifocap (Institut de formation des cadres paysans).

Il ne s’agit pas pour autant de se laisser marcher sur les pieds. Fermement, en haussant le ton s’il le faut, exprimez votre refus de poursuivre sur le registre de l’agressivité. Proposez de reporter l’échange ou coupez court : « Je constate que nos avis sont opposés, et que ni l’un ni l’autre n’avons les moyens de nous écouter. Je propose que nous en restions là. » C’est souvent la seule chose à faire face aux positions dogmatiques ou idéologiques.

Désamorcer le conflit

« Laissez tout d’abord la personne évacuer sa colère, et soyez empathique et souple, conseille Marc Debavelaere, céréalier dans le Pas-de-Calais. En disant par exemple "Je comprends que tu dises ça…", puis en revenant à la charge par un autre côté, par petites touches », poursuit l’exploitant, qui aime « faire du judo avec les arguments de l’interlocuteur. »

Si vous êtes pris à partie en public, rappelez-vous que celui qui s’énerve perd souvent l’avantage. Si vous êtes constructif, vous marquerez des points. Il ne s’agit pas tant d’échanger avec le contradicteur que de faire passer des messages au public.

Sophie Bergot