L'image du maïs auprès du grand public n'est peut-être pas aussi négative que le pensent les agriculteurs. C'est en tout cas ce qu'a montré un sondage réalisé par BVA en septembre 2001 (*) et présenté le 20 septembre lors du congrès du maïs, à Tours. Seules 8 % des 994 personnes interrogées disent avoir une opinion négative du maïs en tant qu'aliment et 11 % en tant que culture. Même si ce résultat a plutôt surpris les producteurs présents, d'autres réponses ont montré que beaucoup de travail restait à faire et qu'il existait un décalage entre la perception du maïs et la réalité : ainsi ' transgénique ' (pour 48 % des sondés) et ' alimentation humaine ' (pour 40 %) viennent en tête des associations qui lui sont faites.

L'actualité récente, avec les destructions de champs d'essais OGM, y est certainement pour quelque chose... La question de l'image du maïs et des maïsiculteurs est désormais ' la priorité numéro un pour les prochaines années ', a expliqué François-Gilles Le Theule, directeur de l'AGPM, qui prévoit de multiplier par quatre son budget communication. ' Il nous faut travailler sur la promotion d'un maïs culturellement correct. ' Oui, mais communiquer est un art difficile et, comme l'a rappelé Christophe Terrain, président de l'AGPM, ' de l'émetteur du message jusqu'au récepteur, le chemin est parsemé de parasites '.

En analysant sur un an près de 12 000 articles de la presse généraliste consacrés à Luc Guyau, Christophe Terrain et José Bové, une étude de l'AGPM a montré que la multiplication des messages (valable dans les deux premiers cas) finissait par être contre-productive et rendait la communication illisible par la société. ' A l'inverse, constate Christophe Labarde (AGPM), le discours de José Bové est très simple et martèle toujours la même chose : pendant six mois, c'était ' je suis contre la mondialisation ', et le reste du temps : ' je suis contre les OGM '. A la limite, peu importe la question du journaliste, José Bové finira toujours par placer son idée, de manière à la répéter... '

L'AGPM est consciente d'être devant un travail de longue haleine. Elle prévoit la sortie de documents adaptés à chaque cible visée (grand public, relais d'opinion, filière). Et notamment celle prévue pour 2002 d'un Petit Livre jaune comportant des ' messages ripostes ' permettant de faire face à de fausses idées sur le maïs. Elle invite aussi les producteurs à devenir des ambassadeurs du maïs, en ouvrant leurs fermes et en étant exemplaires dans leur comportement.

(1) AGPM : Association générale des producteurs de maïs.