C’est à cause des vaches folles. Ou grâce à elles. La crise, qui a secoué la France à la fin des années 1990, n’a pas épargné la commune de Mouans-Sartoux et ses 10 000 habitants, sur la Côte d’Azur. « Les élus ont pris conscience que le mode de production des aliments peut influer sur la santé », raconte Gilles Pérole, adjoint au maire. Dès 1999, le bœuf servi dans les cantines...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !