Retraiter ses fonds de cuve à la parcelle sans pour autant devoir investir dans un pulvérisateur flambant neuf. C'est le cas de Damien Perchat, exploitant à Villeseneux, dans la Marne.

« Je suis double actif. J'exploite environ quarante hectares en parallèle de mon activité d'électricien plombier. Au regard de la superficie que je travaille, je ne pouvais ni me permettre de renouveler mon pulvérisateur, ni me lancer dans une installation de type Phytobac pour pouvoir être aux normes », explique-t-il.

Dilution sans cycle

Damien a donc opté pour le dispositif Kleenjet de la société Godé : un système de vidange totale, adaptable sur tout type de pulvérisateur.

Le principe de ce dernier repose sur la législation qui autorise l'épandage des résidus à la parcelle après dilution, avec un volume d'eau au moins égal à cinq fois le volume du fond de cuve et après désamorçage complet de la pompe du pulvérisateur.

« Le kit de base se compose d'une électropompe raccordée au point le plus bas du pulvérisateur, d'une buse d'épandage et d'un boîtier de commande en cabine », commente l'agriculteur.

En option, celui-ci a ajouté une pompe de transfert d'eau claire entre la cuve de rinçage et la cuve principale. Ainsi, après désamorçage de la pompe de pulvérisation, il réalise un nettoyage de la cuve principale à l'eau claire via la pompe de transfert et un gyrojet. La solution diluée obtenue est épandue par les rampes, ce qui permet également un nettoyage des canalisations.

« Une fois que la pompe de pulvérisation est de nouveau désamorcée, je réinjecte de l'eau pour diluer le volume mort du pulvérisateur. Ce dernier est ensuite pompé par l'électropompe raccordée au point bas de l'appareil et épandu par la buse spécifique placée sur le cadre central des rampes. »

Ce raccordement permet une vidange totale de l'appareil, contrairement aux systèmes d'origine qui laisseront toujours un fond technique non pompé. A noter que le système est complètement automatisé. Deux capteurs (un haute pression sur la buse et un basse pression sur la pompe) gèrent le fonctionnement et l'arrêt du Kleenjet. Ce système peut se monter sur le parc de pulvérisateurs existant.

Aujourd'hui, Damien Perchat est pleinement satisfait de son choix. « Cela m'a permis de me mettre aux normes sans pour autant faire exploser mes investissements : environ 700 euros HT pour le kit prêt à monter ! Qui plus est, l'installation du kit a demandé peu de temps et peut être effectuée par l'agriculteur, ce qui permet d'être rapidement opérationnel. »

Un éventail de solutions pour nettoyer aux champs

Le nettoyage du pulvérisateur dans la cour de la ferme nécessite la mise en place d'une plateforme étanche et d'un système de traitement des effluents de type Biobac. Néanmoins, la réglementation autorise le nettoyage complet de l'appareil au champ, pour peu que l'opération ne soit pas toujours effectuée au même endroit d'une parcelle.

Des systèmes de gestion du fond de cuve, du type Autonet de Tecnoma (1), gèrent automatiquement les séquences de dilution et évitent les calculs fastidieux à l'agriculteur.

Des kits adaptables sur tous les appareils (2) proposent tuyaux de rinçage et balais-brosses pour nettoyer la cuve et les rampes avant de rentrer à la ferme.

par Sébastien Chopin, Bérangère Lafeuille, Corinne Le Gall, Nicolas Levillain, Florence Mélix, Vincent Thècle et Cécile Vinson (publié le 7 mai 2010)